Les mois qui précèdent la grossesse, une aventure particulière pour les futurs parents

La France a enregistré 728.000 naissances en 2017, un chiffre en baisse constante depuis l’année 2010. Le taux de fécondité s’établit à 1,93 enfant par femme en 20161. Un enfant plus rare et que l’on attend parfois avec impatience. Mais au fait, comment ces quelques mois précédents la grossesse sont-ils perçus par les couples ? Une ébauche de réponse en quelques chiffres.

Combien de temps faut-il pour mettre bébé en route ?

Si la durée moyenne se situe à huit mois, elle s’allonge avec l’âge de la mère :

  • de 28 à 30 ans : 6 mois en moyenne. Mais 14 % des futures mamans mettront plus d’un an pour être enceintes,
  • de 31 à 34 ans : 7 mois,
  • 35 ans et plus : 14 mois2.

Les hommes aussi sont moins fertiles avec l’âge, plus ils vieillissent, plus ils tardent à devenir papa :

  • moins de 28 ans : 5 mois,
  • de 28 à 31 ans : 5 mois,
  • de 31 à 34 ans : 6 mois,
  • de 34 à 38 ans : 8 mois,
  • 38 ans et plus : 14 mois2.

L’attente avant le début de la grossesse semble-t-elle acceptable aux parents ?

Quand bébé se fait attendre, les parents peuvent se montrer impatients, mais quand il arrive trop tôt, ils peuvent ne pas être encore tout à fait prêts :

  • délai court : 37 %,
  • délai normal : 33 %,
  • délai long : 15 %,
  • délai très long : 15 %2.

Des parents actifs pendant la phase qui précède la grossesse

Près d’un couple sur deux (44 %) modifie sa façon de faire l’amour durant les mois précédant la grossesse. Les parents sont restés discrets sur les méthodes utilisées, vous n’apprendrez donc rien sur le sujet. Mais, vous en connaîtrez un peu plus sur leur fréquence d’utilisation, en fonction des milieux sociaux, des revenus et du niveau d’éducation des parents :

  • CSP + : 58 %,
  • CSP – : 44 %,
  • les plus diplômés : 54 %,
  • les moins diplômés : 37 %,
  • les revenus supérieurs : 54 %,
  • les revenus inférieurs : 35 %2.

Marques de puériculture : comment bien interagir avec les futurs parents ?

Les couples programment l’arrivée de bébé, tout doit être prêt pour l’accueillir dans les meilleures conditions. Les marques de puériculture peuvent accompagner ce grand événement en tissant très tôt des liens privilégiés avec les futurs parents. Cette communication bien adaptée à leur problématique, faite de conseils personnalisés, de contenus pensés pour les aider, sera véhiculée par les outils classiques du marketing numérique : articles de blogs, newsletter, posts sur les réseaux sociaux, e-mailing, etc. Le ton à adopter est celui du partage et de la connivence.

Source : 1. Insee – 2. Institut Des Mamans

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment